Vous êtes atteint d'une maladie, vous vivez des pertes liées à votre santé? Ce texte est pour vous.


C'est avec toute ma sensibilité et mon empathie que je vous écris aujourd'hui. C'est un sujet qui me touche énormément. Il y a tant de personnes qui souffrent en silence. La souffrance et la douleur chronique sont invisibles à l'œil mais font tant de dommage à l'intérieur. Que vous viviez l'annonce d'une maladie, le diagnostic d'un cancer, une perte de capacité physique ou cognitive ou quelconque perte en lien avec votre santé, je veux vous dire que je suis de tout coeur avec vous. Si vous côtoyez une personne vivant avec des soucis de santé, j'espère que je vous aiderai à mieux comprendre leur réalité.


Vous vivez probablement des pertes en lien avec votre santé et vous êtes probablement confronté à des limites dont vous n'avez pas choisi. C'est le corps ou le mental qui impose une limite, il vous demande parfois de vous arrêter et de vous reposer. Ça peut être difficile de vivre une telle situation, il y a un équilibre à trouver entre continuer ses activités courantes et écouter les limites de son corps. Ça demande de lâcher-prise sur ce qui est impossible de contrôler, ça demande aussi parfois de mettre des projets de côté pour quelques temps. À travers la perte que vous vivez déjà, il y a d'autres pertes qui s'ajoutent: perte d'énergie, perte d'autonomie, perte de plaisir, pertes financières et j'en passe. Cela peut se manifester en manquant une sortie en famille ou avec des amis, en ne pratiquant plus le sport que vous aimez tant, en manquant ou en cessant le travail, en n'étant plus apte à faire les responsabilités à la maison, en mettant de côté vos passions, etc. Tout ce que vous faisiez qui vous apportait de la reconnaissance, de la valorisation, de l'amour de vous ou des autres est mis de côté. S'ajoute à cela, l'inquiétude de ne pas guérir. C'est toute une nouvelle réalité que vous devez vivre et vous adapter. Je veux vous dire à quel point je suis sensible à ce que vous vivez et je vous offre toute mon empathie. Parler de votre vécu à un proche ou à un thérapeute vous aidera à traverser cette épreuve. L'important est de ne pas rester seule et isolé avec votre vécu. C'est par la relation que vous pouvez satisfaire des besoins.


Il peut être aidant de continuer à faire ce que vous aimez mais en adaptant le tout à vos présentes capacités. Par exemple: vous adoriez faire du vélo et vous en faisiez 20 minutes à tous les jours. Vous n'avez pas la capacité présentement de faire cela et ça vous attriste. À la place de ne pas en faire du tout, vous pourriez en faire pendant 5 minutes quelques fois par semaine et vous ressentirez alors de la satisfaction. Vous n'aurez plus l'impression d'être privé et ça vous apportera la joie de continuer à faire ce que vous aimez. Si une sortie entre amis vous épuise, à la place de vous en priver complètement, vous pouvez écouter vos limites en y allant par exemple pendant une heure. Vous pouvez même demander à cet ami si c'est possible d'aller vous reposer, d'aller vous allonger en silence quelques temps pendant la soirée. Le but est de continuer à faire ce que vous aimez en adaptant vos activités à vos présentes limites. Je fais confiance à votre créativité afin de trouver les ressources qui vous conviennent.


J'aimerais maintenant vous parler de la relation à vos proches. Je peux saisir qu'il est parfois difficile de se faire comprendre par votre entourage qui ne saisissent pas complètement ce que vous vivez. Ils veulent votre bien, souffrent de vous voir ainsi et se sentent probablement impuissants. Leur façon de démontrer le tout est parfois en donnant des conseils, en voulant vous motiver à vous mettre en action, etc. Vous pouvez être empathique à leur vécu, ça leur fait vivre quelque chose de voir la personne qu'ils aiment souffrir. Je peux saisir que malgré toutes les bonnes intentions de vos proches, ce n'est pas aidant de recevoir des conseils. Ce qui fait du bien, c'est d'être écouté, respecté dans son rythme et d'être accepté et aimé tel que l'on est, avec les limitations que vous pouvez vivre au quotidien. C'est en affirmant vos besoins précis à votre entourage que vous pourrez recevoir ce qui vous fait du bien. Sinon, il est possible que vous ressentiez l'envie de vous éloigner de ces personnes et de vous isoler, de rester seul avec votre souffrance. Au fond de vous, vous avez besoin qu'ils soient là pour vous accompagner dans l'épreuve que vous vivez. Je vous souhaite des moments de relations satisfaisants avec vos proches, de communiquer ensemble afin de vous comprendre mutuellement. Certaines personnes peuvent vous offrir leur aide et souvent, par peur de déranger ou par inconfort de recevoir, nous refusons. Accepter que présentement, vous avez besoin d'aide, vous aidera à recevoir et à sortir de l'autosuffisance.


J'aimerais vous dire que malgré votre lot de souffrance, vous n'êtes pas votre souffrance et vous avez toujours de la valeur. Si vous ne le voyez pas, vous pouvez demander à des personnes significatives ce qu'ils aiment de vous. Cela vous permettra de vous nourrir en relation et de sortir de la dévalorisation. C'est un excellent exercice pour se faire du bien!


Je vous souhaite de continuer de prendre soin de vous, de respecter votre rythme et de donner de la valeur à vos petites victoires au quotidien. Si vous avez besoin d'aide, il me fera plaisir de vous accompagner dans votre cheminement, de vous écouter avec beaucoup d'amour et de vous supporter.


Chaleureusement,

Karine

© 2020 Karine Lapointe - Tous droits réservés